Saint Martin de Lansargues

Histoire de l’église actuelle :

A l’origine de la paroisse, Lansargues avait 4 églises, St Pierre d’Obilion (détruite lors de la guerre de 100ans, vers St Just) St André de Moulines, St Denis du Ginestat (vers Tartuguières) Ces deux églises ont été ruinées lors des guerres de religion, leurs prieurs et leurs paroissiens furent alors rattachés à Saint Martin de Lansargues. De cette église nous savons qu’elle était de style Roman et daterait du XIIème siècle. Cette église est devenue la maison curiale.

 

Le clocher, lui, daterait du XVème siècle, la base a servi à celui d’aujourd’hui.

Puis la chapelle dédiée à Notre Dame du Rosaire, qui est devenue la sacristie.

Elle est de style gothique comme le montre ses jolis arcs en ogives. Sa simplicité et sa pureté nous font penser qu’elle date d’un temps assez reculé (archive manquante). Soit elle était un agrandissement de l’église primitive et daterait du XVème siècle, soit un agrandissement de l’église reconstruite au XVIème siècle.

 

A la fin du XVIème siècle, pendant la guerre de religion, l’église St Martin, fût abîmée en 1594, et les habitants de Lansargues demandèrent de reconstruire l’église. Cette église fut construite avec les pierres des autres églises, cela commença en juillet 1596.

 

 

En 1701, sur demande des paroissiens, l’évêque ordonna la construction d’une nouvelle église, car celle existante ne

pouvait plus accueillir dignement le nombre de fidèles. Les plans de celle-ci furent demandés à Antoine Giral, dont la

renommée locale était importante (promenade du Peyrou).

Le 21 mars 1729 a  eu lieu la pose de la première pierre : c’était le début d’un long chantier, qui allait prendre fin le 19 mars 1740 ; l’évêque Mgr de Charancy bénit cette église.

 

 

 

 

 

Une œuvre remarquable:

A noter une reproduction de la mise au tombeau dont l’original se trouve au Métropolitain muséum de New-York. Reproduction faite par les frères Virebent en 18XX et donneé à l’église par le P. CABROL curé de Lansargues

 

 

 

 

St MARTIN  , patron de l’église : 316 - 397   fêté le 11 novembre

St Patron au commissariat de l’armée française.

 

Né à Sabarie, (Hongrie) sous occupation romaine, en 316.

À Amiens au cours de l’hiver 338-339 le jeune cavalier rencontre un pauvre en guenilles (Jésus) qui lui demande l’aumône. Martin n’a pas d’argent sur lui ; il tire son épée, tranche son manteau par le milieu et donne la moitié au pauvre, selon la légende lors de son rêve le mendiant lui rend visite en songe et ce mendiant se trouve être Jésus. Il fût baptisé la nuit de pâques 339 (à 22ans).

 

En 341 il quitte l’armée romaine pour Poitiers où Saint Hilaire, évêque, le forme à la vie religieuse. St Hilaire voulut le nommer diacre mais Martin refusa. A noter qu’à l’époque les anciens soldats ne peuvent pas devenir prêtre.

En 361 St Hilaire lui donna un lieu cultuel gallo-romain partiellement ruiné à Ligugé, Vienne. Ligugé devient le premier monastère de Gaule. En 367 il refuse de succéder à St Hilaire en tant qu’évêque de Poitiers.

 

Les habitants de Tours, viennent chercher Martin pour qu’il succède à l’évêque. Comme il refuse, les envoyés le conduisent par la ruse à Tours. Martin finit par accepter, le 4 juillet 371, il est sacré évêque. Toujours préoccupé par la vie monastique, il fonde un autre monastère à Marmoutier, vers Tours. En tant qu’évêque, Martin évangélise les campagnes, et ne s’arrête pas à son diocèse.

Un jour qu’un pauvre entrait dans la sacristie de sa cathédrale au moment où il revêtait les habits pontificaux, Martin se défit de sa tunique et la lui offrit. Lors de la Messe qui suivit, un globe de feu apparut au-dessus de l’autel, signalant la « deuxième charité » de Saint Martin. Son épiscopat durera 26 ans.